Articles les plus récents

vendredi 6 mai 2022
par  Michele

DUFY au Centre Caumont, PLOSSU au Musée Granet

Po’ART
127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines Tel. 06 64 70 00 47/04 90 40 01 71
Bonjour à toutes et tous ! Le printemps est là !!
Nous vous proposons une prochaine sortie culturelle : Mercredi 18 mai 2022 Cette balade vous fera découvrir la très belle exposition (...)

samedi 23 avril 2022
par  Michele

Le Petit Prince ...est revenu

Association Reg’Arts Croisés
Dans le prolongement de l’exposition du manuscrit original du Petit Prince, au musée des Arts Décoratifs de Paris, l’Association Reg’Arts Croisés propose de revisiter Antoine de Saint Exupéry et son livre mythique par une soirée réalisée et présentée par Pierre Verdet : (...)

mercredi 16 mars 2022
par  Michele

Frida Kahlo « Je peins ma réalité »

‌Po’ARTassociation 127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines 06 64 70 00 47
Bonjour à toutes et à tous,
Po’Art aura le plaisir de vous présenter une soirée consacrée
à l’artiste peintre Frida KAHLO, intitulée :
Frida Kahlo « Je peins ma Réalité » le Vendredi 25 Mars 2022 à 20h15 Cette soirée (...)

jeudi 10 mars 2022
par  Michele

Sortie Culturelle en Suisse, 20 au 23 avril 2022

Po’ART association 127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines
Tel. 06 64 70 00 47/04 90 40 01 71
‌‌Bonjour à toutes et à tous
Comme convenu, vous trouverez ci-joint le détail de notre sortie culturelle d’Avril qui nous conduira en Suisse :
du Mercredi 20 avril au Samedi 23 avril 2022 (...)

Albums les plus récents

Sites favoris


4 sites référencés au total

Brèves

Un texte de Jicé écrit en 2010

mardi 12 octobre 2021


Un texte de Jicé écrit en 2010 pour l’exposition : Les saisons du Vin

Peindre, dessiner, photographier, calligraphier ...).

Peindre, dessiner, écrire, photographier, pour la plupart d’entre nous, de Reg-Arts Croisés, cela part de l’observation. Dans mon cas c’est LE point de départ de ma peinture. Et il m’a fallu quelques années pour comprendre ces peintres comme Cézanne qui allaient peindre sur le motif.

Dans ce monde qui nous entoure et nous inonde d’images, il reste que la place essentielle est celle de l’oeil qui fait voir. L’objet du peintre c’est de révéler sa vision aux autres.

La mienne est fragmentée. Je crois que la vision est une question de mémoire. Dans mon souvenir j’accumule des morceaux en vrac. Je les organise dans mon dessin.

Le choix par notre groupe d’un thème de travail comme celui du vin ne m’a pas gêné. Quoi de mieux que des vignobles pour révéler le relief, la courbure des terres. Quels tissages étonnants offre l’orientation des vignes et des piquets.

Tout près, je peux toucher les feuilles des vignes, la peau des ceps, les grappes. Et au fil des ballades, selon les saisons, des choses nous attirent. Ce sont nos galets en été, secs, si rouges parfois, fait de cette quartzite si dure qui s’est rubéfiée ou rayée au cours de sa pérégrination géologique. Ou à l’automne cette grappe écrasée du pied. Ou en hiver ces grappes sèches encore accrochées, si noires dans la neige.
Et parfois des surprises venues au détour de visites, un arrière plan dans une peinture de l’école de Simone Martini, La prédication de saint Jean-Baptiste (vers 1454) de Giovanni di Paolo visible au Petit palais d’Avignon. Dans ce petit panneau,la structure en damier des champs m’évoque celle des vignobles, et je me l’approprie. Comme je m’approprie ce bord de retable vu dans une église de l’arrière pays niçois, où un sarment de vigne tourne autour d’une colonne bleue, portant feuilles et grappes dorées.
Ces souvenirs vont rencontrer des lectures. Et pour unir encore plus ces deux choses, peinture et poème, j’ai voulu réunir le texte et l’image.

A propos de ...

lundi 6 décembre 2010

 

A propos de nos tableaux à plusieurs mains.

COBRA singulier-pluriel : ce livre de 98 m’a sauté en main. J’y ai découvert qu’à la création du groupe en 48, les poètes, peintres, philosophes qui l’intègrent se mettent à écrire et peindre sur les mêmes supports, à deux ou trois, ensembles.

Des « peintures-mots »comme dit Christian Dotremont le fondateur.

Et Pierre Descargues dans la préface de l’ouvrage précise :

 « c’est pour bien marquer que la création est un partage que dès la fondation de COBRA il y eu abondance d’œuvres collectives. »

Je pense qu’il y a eu avant ou après, voisines en esprit, de telles actions, sans doute. Mais je sens que nous avons attrapé le témoin d’une course toujours vivante.

Jicé