Jean-Henri Fabre, connu et méconnu...

mardi 19 mai 2015
par  Michele


Il y a cent ans disparaissait Jean-Henri Fabre... celui dont Edmond Rostand a dit : « Ce grand savant pense en philosophe, voit en artiste, sent et s’exprime en poète. »


Tout le monde s’accorde pour reconnaître en lui un génie. Un génie qui de plus s’est distingué dans de nombreux domaines comme les mathématiques, la physique, la chimie, la botanique, l’entomologie, l’éthologie.. Écologiste de la première heure, il fut encore un excellent pédagogue, un grand écrivain, un aquarelliste de talent, un musicien et poète provençal, Majoral du Félibrige.


Sa vie, une vie de labeur acharné mais aussi de déboires et de difficultés. Car malgré son immense contribution à l’avancée de la Science, son génie n’a jamais reçu l’accueil qu’il méritait.


Il est vrai que Fabre était un peu sauvage, il ne se pliait pas volontiers aux convenances et ne recherchait pas les honneurs. Et c’est bien tardivement, déjà affecté par les misères de l’âge, et dans une situation pécuniaire délicate que ses proches amis ont voulu le sortir de l’oubli, et révéler son œuvre immense.


Mais cent ans après, celui qui fut, non seulement une des gloires de notre département, mais aussi de notre pays, un des plus grands scientifiques de son époque, est plus reconnu à l’étranger, et surtout au Japon , où on étudie encore avec ses manuels scolaires.


En connaître davantage


 


 


 


Commentaires

Annonces

OCTOBRE 2017


Po’ART & Les Ateliers Sinople
127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines
Tel. 06 64 70 00 47


Mercredi 18 Octobre 2017


Sortie culturelle

  • Musée de Lodève
  • Musée Fabre à Montpellier

Brèves

A propos de ...

lundi 6 décembre 2010

 

A propos de nos tableaux à plusieurs mains.

COBRA singulier-pluriel : ce livre de 98 m’a sauté en main. J’y ai découvert qu’à la création du groupe en 48, les poètes, peintres, philosophes qui l’intègrent se mettent à écrire et peindre sur les mêmes supports, à deux ou trois, ensembles.

Des « peintures-mots »comme dit Christian Dotremont le fondateur.

Et Pierre Descargues dans la préface de l’ouvrage précise :

 « c’est pour bien marquer que la création est un partage que dès la fondation de COBRA il y eu abondance d’œuvres collectives. »

Je pense qu’il y a eu avant ou après, voisines en esprit, de telles actions, sans doute. Mais je sens que nous avons attrapé le témoin d’une course toujours vivante.

Jicé