Le marouflage en vidéo

lundi 9 mars 2009
par  Michele

Le marouflage humide du papier sur contre-plaqué

Le marouflage

Documents joints

Le marouflage
Le marouflage

Commentaires

Logo de Michele
vendredi 24 août 2012 à 10h04 - par  Michele

Bonjour, oui pour des grands formats le poids peut être un problème. Coté bois je pense à des essences peu denses, l’extrême étant le balsa, mais ça risque d’être cher, Le peuplier, mais il faut voir cela avec un menuisier plutôt.
Coté carton, il y a le carton plume, c’est rigide, de grande dimension et d’épaisseurs variées. Sinon, le simple carton de 3mm, à contre coller au dos. Il restera certainement gauche, mais le fixer sur un cadre permettra de le remettre bien à plat.
Pour le vernis, voir avec un vendeur local pour discuter de son épaisseur, de l’aspect satiné, aquarellé oui brillant après séchage. Pour ma part je n’utilise que du fixateur en bombe pour pastel. Bon travail, cordialement, Jicé..

Logo de steven
jeudi 23 août 2012 à 12h02 - par  steven

tes bien mais le contre plaque c est un peut lourd ..moi j aimerais le faire sur du bois moins lourd que faut il prendre ..et apres je le vernis avec qu elle vernis..merci pour votre reponse

Logo de Karmo
mercredi 16 septembre 2009 à 16h18 - par  Karmo

Merci très intéressant

Navigation

Articles de la rubrique

Annonces

JUIN 2019

Po’ART & Les Ateliers Sinople
127 av. de la Gare – 84210 Pernes les Fontaines
Tel. 06 64 70 00 47 /04 90 40 01 71

Nous vous convions

Le dimanche 16 juin à 11h00

à la Chapelle des Pénitents Blancs

Pernes les Fontaines 248 rue Emile Zola

 
à une Conférence dédicace animée par Marc JOSEPH.
 

  • Marc Joseph,dans un premier temps, nous présentera son odyssée photographique autour du pèlerinage bouddhiste du Kawa Kharpo.  
  • Puis, il nous fera découvrir son livre :  
  • Tous en forme avec la slow attitude, du Pacifique à l’ Himalaya -  (éditions Saint-honoré) « Marc joseph K livre un récit d’une très grande originalité. Il nous emmène du Tibet à Sumatra sur un ton léger et dynamique pour nous inviter à vivre pleinement. Ainsi, il nous enseigne avec humour et passion une manière saine de prendre goût à la dépense d’énergie. Il montre, tout en douceur, comment prendre soin de soi en une initiative aussi physique que mentale. La structure se son œuvre s’émancipe des codes du roman pour un rendu divertissant et rafraichissant ! »  

Bien cordialement,
 Jean Olaru